La privatisation de France Télécom en 1997 avait pour objectifs de favoriser les investissements et de faire baisser les prix.

AVANT LA PRIVATISATION


À cette époque, le service public du téléphone est arrivé à développer un réseau extrêmement dense,parmi les plus performants du monde, il assurait à tous ses employés le statut de fonctionnaire avec des traitements, des avantages et des conditions de travail dignes, tout en laissant chaque année à l’État des excédents entre recettes et dépenses extrêmement importants.

APRÈS LA PRIVATISATION (réaliser par un gouvernement socialiste)

Très vite après cette privatisation de FT, dès le début des années 2000, les citoyens et les
collectivités constatent qu’elle a eu les effets inverses à ceux attendus.
Depuis, nos collectivités se sont lancées dans de nombreux projets pour pallier aux manques des opérateurs. Boucles locales wifi, puis wimax, réseaux structurants avec les « dorsales », boucles locales haut débit etc.
A chaque fois des sommes considérables ont été dépensées, les résultats sont au mieux très
décevants et au pire catastrophiques, tous ces réseaux sont aujourd’hui quasi abandonnés.
En 2012, la région, avec les départements 04 et 05 se lancent dans un nouveau projet pour déployer le très haut débit pour tous. Il est estimé à plus de 80M€ pour chaque département alpin à l’horizon 2020.
Comme pour les projets précédents, celui ci est un énorme loupé, très peu de résultats pour
beaucoup d’investissements.
 

La fibre un eldorado du privé
En 2018, changement complet de stratégie, sous la houlette du gouvernement Macron, il est décidé d’abandonner ce projet et de laisser à l’opérateur SFR la charge d’équiper nos départements alpins en fibres optiques sur fonds privés.
A chaque étape de ces différents projets, les salariés, avec leurs syndicats, ont alerté les élus, locaux,régionaux, des dangers qu’ils comportaient, tant sur leur faisabilité que sur leurs effets sur l’emploi, les conditions de travail, la maintenance de ces réseaux.
A chaque étape, on a gaspillé l’argent public, l’emploi pérenne a été remplacé par la sous traitance en cascade et à outrance. Les usagers, devenus clients, ont vu leurs factures exploser, les services se dégrader. Qui ne voit pas les poteaux cassés, les câbles à terre ? Qui n’a pas subi une panne ou un dysfonctionnement prolongé, sans interlocuteur ? Il y a tant à dire.
Pour ce nouveau projet, décidé en haut lieu, aucune concertation, aucun bilan des
expériences passées, on fonce, comme d’habitude.

Le Bilan :

https://www.petitions.fr/prive_de_reseau_prive_de_services_publics